Jean-Henri FABRE : Oubreto prouvençalo dóu Felibre di Tavan : lou Manescau

Jean-Henri FABRE 

Oubreto prouvençalo dóu Felibre di Tavan


LOU MANESCAULE MARÉCHAL


Ennegresi mai qu'un darbounNoirci plus qu'une taupe

Pèr la sujo e pèr lou carboun,par la suie et le charbon,

Pin-pan, pin-pan, pin-pan ! lou manescau martello,pin-pan, pin-pan ! le maréchal martelle,

Sus l'enclume que resclantis,sur l'enclume qui retentit,

Soun ferre. L'ataié s'emplisson fer. L'atelier se remplit

D'un orre gisclamen de belugo e d'estello.d'un horrible jaillissement de lueurs et d'étincelles.


Dirias alor qu'un serpentèuOn dirait alors qu'un serpenteau

Fuso dessouto lou martèu.fuse sous le marteau.

Pin-pan, pin-pan, pin-pan ! Dins sis usso espessidoPin-pan, pin-pan ! Dans ses sourcils épaissis

En mato de baucas, versèsen touffes de dur gazon, on voit

Plòure uno raisso ardènto ; ausèspleuvoir une averse ardente ; on entend

Pèr moumen cresina sa barbo esgarrussido.par moments grésiller sa barbe hérissée.


Suso lou negre manescau,Il sue le noir maréchal,

En tabasant soun fere caud.en frappant son fer chaud.

Pin-pan, pin-pan, pin-pan ! L'encro raio e davalo,Pin-pan, pin-pan, pin-pan ! L'encre coule et descend,

A degout, de si bras muscla,par gouttes, de ses bras musculeux,

De si gaugno e soun front uscla,de ses joues et de son front brûlés,

Sus soun pitre pelous coume un dessus de malo.sur sa poitrine poilue comme un dessus de malle.


Que dounara travai tant fèr ?Que donnera travail si farouche ?

Que sourtira d'aquest infèr ?Que sortira-t-il de cet enfer ?

Pin-pan, pin-pan, pin-pan ! Finido es la besougno.Pin-pan, pin-pan, pin-pan ! La chose est finie.

De-qu'es ? -- Un ferre pèr caussaQu'est-ce ? Un fer pour chausser

La bato d'un ase, estrassa,le sabot d'un âne, dépenaillé,

Devouri de vermino e pela pèr la rougno.dévoré par la vermine et pelé par la gale.


Iéu, peréu, de moun franc mestié,Moi aussi, de mon franc métier,

Siéu manescau : sus lou papié,je suis maréchal : sur le papier,

Cri-cra, cri-cra, cri-cra ! martelle la pensado.cri-cra, cri-cra, cri-cra ! je martelle la pensée.

La plumo douno li bacèuLa plume donne les coups

Sus la pajo, e dins lou cervèusur la page ; et dans le cerveau,

Beluguejo lou fiò de la forjo abrasado.étincelle le feu de la forge embrasée.


Etrime dur, tout encoucaEt je trime dur, tout grisé

Pèr l'idèio, tout ensuca.par l'idée, tout accablé.

Cri-cra, cri-cra, cri-cra ! La plumo es pas saussadoCri-cra, cri-cra, cri-cra ! La plume n'est pas saucée

Dins l'encro soulamen. Oh ! noun !dans l'encre seulement. Oh ! non !

A moun avis acò's pas proun :A mon avis ce n'est pas assez :

D'un tros ensaunousi de l'amo es amourssado.elle est amorcée d'un lambeau sanglant de l'âme.


Couprenes, galoi coumpagnoun,Tu comprends, gai compagnon,

Coume vous roump closco e rougnoun,comme cela vous casse reins et tête,

Cri-cra, cri-cra, cri-cra ! la folo farandoulocri-cra, cri-cra, cri-cra ! la folle farandole

De l'idèio dins lou cervèude l'idée dans le cerveau

Pèr espeli de soun cruvèu ?pour éclore de sa coquille ?

Ta forjo a rèn de tau pèr gausi li mesoulo.Ta forge n'a rien de tel pour user les moëlles.


Pela, galous mai que lou tiéuPelé, galeux plus que le tien

Counèisse un ase ; acò's lou miéuje connais un âne ; c'est le mien.

Cri-cra, cri-cra, cri-cra ! la pajo se mascaroCri-cra, cri-cra, cri-cra ! la page se noircit

Pèr lou tira d'un marrit maupour le tirer d'un mauvais mal

Que n'en fai lou pire animau.qui en fait le pire animal.

Pèr rougno a lou nescige, e n'es pas tout encaro.Pour gale il a l'ignorance, et ce n'est pas tout encore.


A lou nescige, moun roussin ;Il a l'ignorance, mon roussin ;

A dins la visto un agacinil a dans la vue une verrue

Dur, espés, verinous, pesoulino de l'amo,dure, épaisse, venimeuse, vermine de l'âme,

Que rousigo mai que la pèu.qui ronge plus que la peau.

Fau lou tira d'aqui lèu-lèu,Il faut le tirer de là au plus vite.

Fau, dins soun tenebru, faire lusi la flamo.Il faut, dans ses ténèbres, faire luire la flamme.


Bèn que raporte pas sèmpre soun tros de pan,Bien que cela ne rapporte pas toujours son morceau de pain,

Es obro de valour, parai, negre coupaire ?c'est oeuvre de valeur, n'est-ce pas, noir compère ?

De-longo faguen dounc, chascun dins noste caire,Continuons donc à faire, chacun dans notre coin,

Iéu pèr l'ome cri-cra, tu pèr l'ase pin-pan.moi pour l'homme cri-cra, toi pour l'âne pin-pan.